L’après Cancer, c’est toujours soi, mais avec plein de trucs en plus !

Amélie, 32 ans, Manager des achats et des stocks, opérée d’un cancer du sein en 2021

Image

Cette épreuve a développé mon envie de relever des défis. Une manière de reprendre le contrôle sur mon corps.

Pendant les traitements, le corps est totalement passif. Je subissais les traitements sans broncher, acceptant toutes les étapes sans sourciller. Une fois les traitements terminées, j’avais en tête : « ok, le corps est allé loin dans le négatif (sur le spectre du bien-être), alors je me suis mis en tête de l’emmener à l’autre bout du spectre : « maintenant allons loin ensemble, dans le positif »

Je me suis alors lancée dans toute sorte de défis sportifs, alors que je ne l’ai jamais été avant.

Je me suis mise à la course à pied, au yoga, à la randonnée et j’ai fait un saut en parapente. Prochaine aventure : la Loire à vélo.

 

 

 J’ai participé à des courses à pied, et surtout, j’y ai pris du plaisir : les 20km de Bruxelles, les 20km de Paris, le semi-marathon festif de Givry, et prochainement, le semi-marathon d’Amsterdam.

J’ai également fait un saut en parapente, sur les versants des montagnes Suisses, à Evolène. Il faut savoir que j’ai un vertige d’enfer. Pourtant lorsque j’ai sauté, j’étais totalement apaisée. La sensation de n’avoir plus peur de rien. Mes peurs se sont évanouies ce jour-là. J’ai réalisé que la peur, la vraie, je l’avais connu à l’hôpital. Tout le reste maintenant, c’est du plaisir.

Mon épiphanie ?

Passer la ligne d’arrivée des 20km de Bruxelles pour la première fois. Un mélange d’excitation, de nostalgie, de fierté. C’était très confus mais passer symboliquement cette ligne m’a permis d’entamer ma nouvelle vie, celle de l’après cancer. Cela marquait le début de quelque chose.